Pour une 14e saison, les amateurs de musique électronique ont sautillé sous l’Homme de Calder. Unique au monde, le Piknic Électronik continue d’attirer des dizaines de milliers de danseurs. Entrevue avec le relationniste de presse François Fournier.

Comment s’est passée la dernière saison?

On a eu un décollage record avec 13 500 personnes, c’était du jamais vu, plus que notre gros Igloofest! Heureusement, on avait ajouté la troisième scène et agrandi le site.

Après, on a fait les frais de Dame Nature, la pluie et le froid, on a dû annuler des dimanches maussades. Nous sommes obsédés par la météo, on se branche sur plusieurs radars pour prendre une décision à la dernière minute.

Pour l’instant, on a attiré plus de 91 000 personnes, qui sait, peut-être on atteindra le 100 000! C’est fou lorsqu’on regarde des photos des premiers Piknic Électronik, il y avait 200 personnes qui relaxaient, dansaient peu, sous une petite tente.

Le Piknic Électronik a réussi à séduire les touristes?

Oui, 20% de notre audience sont des gens en visite à Montréal. On fait définitivement partie du circuit touristique! Les gens de passage ne veulent pas manquer le Piknic Électronik! Chaque semaine, des médias étrangers viennent nous visiter, il y a un buzz! Les expatriés français sont de bons ambassadeurs, le mot s’est passé jusqu’en Europe.

Piknic roule maintenant à Melbourne et Dubaï. Et on y retourne en janvier 2017. À Paris, on a vécu  une expérience unique, un premier essai pour tâter le terrain. On compte bien y retourner plus souvent car ce fut très positif. On vise les États-Unis, Londres, des points névralgiques de la planète. On est audacieux! On souhaite se développer dans 10 villes internationales au cours des cinq prochaines années.

Une chouette anecdote?

Il y a deux semaines, on a eu une belle demande en mariage en plein Piknic!

En 2014, il y a eu un moment magique! On a failli annuler le dernier Piknic Électronik car la météo n’était vraiment pas favorable. On trouvait moche de terminer la saison sur cette note. En fin de journée, le soleil est arrivé! Le 100 000e visiteur a passé la guérite vers 20h. C’était la première fois qu’on atteignait ce nombre.

Quel est le secret pour que l’événement ne s’essouffle pas de mai à novembre?

Tout est dans l’ambiance très montréalaise! Les artistes sont vraiment étonnés par la foule hétéroclite,  de tous âges et styles. Le lieu est magique. C’est un rendez-vous!

Les gens s’approprient l’événement, il y a vraiment un beau sentiment d’appartenance. Chaque semaine, environ 5000 personnes se déplacent, mais ça reste un événement local, à échelle humaine. On a l’impression d’arriver chez des amis!

Ce n’est pas évident d’exporter l’atmosphère Piknic. On y travaille fort :)

Déjà la dernière fin de semaine pour en profiter 

C’est le doublé final pour le Piknic Électronik. La fin de semaine sera complètement différente. Samedi, les demandes du public sont à l’honneur, les programmateurs ont épluché plus de 2600 messages pour inviter les artistes les plus réclamés comme Laura ScavoNymra & Sofisticated, Gino G et Mike, ainsi que Misstress Barbara.

Dimanche est tout aussi majeur avec Spécial Red Bull Music Academy : Theo ParrishDepth Charge, Race Banyon, AAAA, Branko, Pierre Kwenders et Bambi.

L’équipe du Piknic Électronik nous réserve des surprises pour leur 15e anniversaire, le 375e de Montréal et le 50e anniversaire de l’Expo 67/Parc Jean-Drapeau. Pour les maniaques de musique électronique, Igloofest sera bientôt là pour nous réchauffer!