Du 12 mai au 1er juin, on présentait la 5e édition de la triennale internationale Device_art, une initiative de l’organisation croate KONTEJNER | bureau des pratiques d’art contemporain, en collaboration avec le centre Eastern Bloc.

Device_art : art visuel et numérique

Machines, engins robotiques, gadgets et concepts artistiques novateurs étaient au centre de cette exposition, mettant en vedette plusieurs artistes croates, une poignée de Slovènes et même quelques Japonais.

Avec Device_art, le visiteur peut explorer la relation entre art, technologie et utilité. Dans plusieurs des onze œuvres présentées, on sent définitivement un effort de réaliser un appareil technologique ludique, le « résultat de tendances créatives trouvées aux intersections d’art-design [et du] gadget-hacking ». Quelques coups de cœur…

Ø – Davor Sanvincenti (Croatie)

En passant à côté de ce qui ressemble à un moule à gaufres de forme circulaire, je suis assailli par une fréquence ultra-aigüe et surtout ultrapercutante. Qu’est-ce que c’est que ce truc? Ce haut-parleur « ultrasonique » réfléchit un signal vers une parabole géante, faite à partir du tronc d’un olivier ancien. Le visiteur peut ainsi vivre une expérience d’écoute individualisée lorsqu’il touche l’objet, déclenchant différents sons. Plus le contact est fort ou rapide, plus les sons émis par le haut-parleur seront forts et denses, faisant de cette œuvre interactive une sorte d’instrument de musique.

Under the hammer – Margareta Lekić (Croatie)

Ici, certains reconnaîtront peut-être une photo qui a fait un bout de chemin sur les réseaux sociaux. Ici, un système tout simple de moteur et de bras articulé soulève un marteau avant de l’abattre inlassablement sur un œuf. L’image ainsi évoquée est celle d’une des réalités de la vie, symbolisée par l’œuf : elle est constamment mise en danger. En chimie et en physique, la loi de conservation des masses stipule que l’énergie ne se perd pas et ne se crée pas, elle ne fait que se transformer. Se faisant, elle est indestructible, et si la vie est rattachée à l’énergie, la vie devrait alors suivre ce même principe d’indestructibilité, et l’œuf devrait être incassable.

eastern bloc

Crédit photo : Margareta Lekic

Urania – Martina Mezak (Croatie)

Peut-être la plus ludique des œuvres exposées à Device_art, Urania est décrite comme une « machine de fabrications de nuages ». Étendu sur de larges « pouffes » en cuir brun, on rapproche un long tuyau bleu de notre bouche et on souffle en direction d’un écran bleu, comme si l’on vapotait en direction du ciel. On voit alors apparaître des traits blancs comme de la craie et filandreux comme du coton, avec une densité variable dépendamment de la force de notre souffle. Cette « imagerie interactive » permet ainsi au visiteur de remplir un ciel virtuel à sa façon.

Time Displacement / Chemobrionic Garden – Robertina Sebjanic, Ida Hirsenfelder, Ales Hieng-Zergon (Slovénie)

L’art contemporain laisse souvent sceptiques ceux qui y sont moins familiers, surtout en raison de l’esthétique inhabituelle. Certains pourraient penser de la sorte pour l’œuvre du trio slovène, cette dernière n’en demeure pas moins l’un de mes gros coups de cœur de l’expo Device_art en raison de son élégance. Entre le laboratoire de chimie et le jardin aquatique, cette installation regroupe ce qui ressemble à plusieurs petits aquariums de verre, dans lesquelles évoluent des plantes surveillées par des caméras détectant les changements de couleur et de forme du milieu. Combinée avec des haut-parleurs diffusant des sons mappés avec les changements observés, l’œuvre brille tendrement dans le noir, alors que la vie dans les jardins chimiques évolue paisiblement, de façon microscopique.

Page web de l’exposition Device_art à Eastern Bloc